Entre économie, éthique et politique, une étude des débats parlementaires britanniques et français (1788-1848) dans une perspective comparée

Indemniser les planteurs pour abolir l'esclavage ?

03/2013
Auteur(s) : Frédérique Beauvois
En stock
64,00 €

Indemniser les planteurs pour abolir l'esclavage ?

Version papier
Acheter
En stock
64,00 €
Description

Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les demandes de réparations pour torts historiques se multiplient.

Accordées dans leur grande majorité par des Etats, ces réparations peuvent être de trois sortes : « matérielle » (restitution d’oeuvres d’art, de squelettes d’ancêtres …), « symbolique » (excuses, enseignement scolaire, lieux et jour de commémoration …) et « financière » (montant pécuniaire).
La « bonne volonté » des compensateurs s’explique par le fait que la « moralité », la respectabilité d’un Etat ou d’une entreprise bénéficient d’une attention croissante de l’opinion. Ces demandes font écho à une pratique répandue au 19e siècle, et pourtant largement méconnue. Si l’octroi de réparations en faveur de ceux qui se présentent comme des victimes de la traite et de l’esclavage fait aujourd’hui débat, des indemnités sont bel et bien accordées suite aux abolitions dans le Nouveau Monde. Censées dédommager les victimes d’un préjudice subi, elles ne sont pas accordées aux esclaves, mais à leurs propriétaires, alors considérés comme la partie lésée.
Si l’octroi de dédommagements aux planteurs apparaît aujourd’hui comme incongru – voire choquant – il s’agit d’un phénomène présent dans une majorité de processus abolitionnistes dans les Amériques. Cette constatation soulève nécessairement un certain nombre d’interrogations.

Comment les contemporains justifient-ils l’octroi d’une indemnité aux planteurs ?
Quels sont les arguments en faveur ou en défaveur d’une mesure qui apparaît aujourd’hui si contestable ?
Pour quelles raisons certains gouvernements coloniaux d’Europe (France, Grande-Bretagne, Suède, Danemark, Pays-Bas, Espagne) ou nations souveraines d’Amérique (Haïti, Amérique latine, Etats-Unis, Brésil) imaginent-ils des formules d’indemnités et d’autres pas ?

Si ces questions se posent naturellement, elles n’ont que trop rarement retenu l’attention des spécialistes des abolitions de l’esclavage jusqu’à présent.
L’étude globale du phénomène de l’indemnisation des propriétaires d’esclaves dans son intégralité et dans son hétérogénéité par l’examen de ses objectifs, de ses enjeux, ainsi que de son coût pour les Etats concernés, constitue par conséquent l’ambition de cette recherche.

Sommaire

I. Introduction 
II. L’indemnité : une question au coeur d’un débat démocratique
III. Entre légalisme et humanisme : indemniser pour exproprier ? 
IV. La dimension économique et sociale de l’indemnité : indemniser pour secourir ? 
V. La dimension politique d’une indemnité : indemniser pour s’assurer de la collaboration coloniale ?
VI. Le coût de l’indemnité 
Conclusion. L’indemnité, une question à multiples facettes 
Annexes 
Index des noms propres 
Index alphabétique
Tableaux, encadrés et graphiques
Table des matières

Fiche technique
Fiche technique
EAN 9782247126033
Poids 701
Date de parution 20 mars 2013
Public cible

Etudiants en droit public et en sciences politiques, universitaires, parlementaires.

Marque de l'ouvrage DALLOZ
Façonnage BROCHE
Nom de la collection Bibliothèque parlementaire et constitutionnelle
Thématiques Culture générale
Largeur 170
Hauteur 240
Nombre de pages 414