La jouissance des titres sociaux d'autrui. Volume 130

04/2013 - 1e édition
Auteur(s) : Antoine Tadros
En stock
64,00 €

La jouissance des titres sociaux d'autrui. Volume 130

Version papier
Acheter
En stock
64,00 €
Description

[…] La problématique qu’Antoine Tadros a choisie […] relève autant du droit des sociétés que du droit des biens. […]
[…] loin de régir concurremment la question de la jouissance des titres sociaux d’autrui, le droit des biens et le droit des sociétés oeuvrent de conserve à sa résolution […]. Il n’existe pas une définition propre au droit des sociétés, et différente de celle à l’oeuvre en droit des biens, de la propriété, de l’usufruit, de la nue-propriété ou de la jouissance. Le régime des titres sociaux n’est pas dans les cadres généraux du droit des biens mais dans la réglementation des sociétés. […]
[…] l’étude proprement dite commence par l’examen de la situation des titres sociaux au regard de la notion et des critères du bien [...]. Antoine Tadros identifie l’utilité des titres sociaux dans « la participation » : un titre social est un pouvoir de prendre part à la direction et aux résultats, positifs ou négatifs, d’un groupement formé par une mise en commun ; cette opération initiale fonde la participation à partir de la figure de l’indivision, que la société prolonge et dépasse mais qui ne demeure pas moins comme dans ses gènes (apport, part sociale, participation, partage). Les titres sociaux ne constituent donc pas des droits de créance, non plus que des droits réels […]. Le titre social est un bien. […]
[…] notre auteur se préoccupe de déterminer en quoi consiste la jouissance d’un titre permettant de participer, sous toutes les dimensions, à la vie d’un groupement. Jouir, c’est accéder aux utilités, autrement dit, aux services que peut rendre la chose […]. L’usufruitier et le locataire de titres sociaux participent à la vie politique et économique du groupement dans toute la mesure permise par les orientations que le propriétaire a données à cette participation ; pour ce faire, ils exercent, dans la même mesure, les pouvoirs inhérents au titre ; au-delà de cette mesure, la participation demeure l’apanage du propriétaire. Il ne s’ensuit aucun transfert de telles ou telles des prérogatives impliquées par un titre social : la jouissance de ce bien n’emporte, ni peu ni prou, aucun partage matériel des pouvoirs qui lui sont afférents – autrement dit : aucun démembrement […].
[…] L’importance, dans la vie économique et sociale, des titres sociaux et des situations dans lesquelles un autre que leur propriétaire est en droit d’en user est telle que l’adoption des propositions énoncées par le présent ouvrage servirait grandement le souci d’efficacité du droit – toujours premier ; et elle ne constituerait pas le moindre hommage rendu à une analyse qui a su faire toute sa part aux conceptions pures.

Sommaire

I. La répartition des prérogatives des titres sociaux
La détermination de la clef de répartition 
La nature juridique des titres sociaux 
La substance juridique des titres sociaux
L’application de la clef de répartition 
L’application de la clef de répartition aux titres sociaux considérés ut singuli 
L’application de la clef de répartition aux titres sociaux considérés ut universi
II. L’exercice des prérogatives des titres sociaux
La relation du titulaire du droit de jouissance avec le propriétaire des titres sociaux 
La résolution des conflits 
La prévention des conflits
La relation du titulaire du droit de jouissance avec les acteurs sociaux 
La participation du titulaire du droit de jouissance à la vie sociale 
Le contrôle de la constitution d’un droit de jouissance sur les titres sociaux

Fiche technique
Fiche technique
EAN 9782247126293
Poids 757
Date de parution 24 avr. 2013
Marque de l'ouvrage DALLOZ
Façonnage BROCHE
Nom de la collection Nouvelle Bibliothèque de Thèses
Thématiques Droit civil
Largeur 160
Hauteur 240
Nombre de pages 532

La collection "Nouvelle Bibliothèque de thèses"

La Nouvelle Bibliothèque de Thèses a vocation à publier, chaque année, des thèses de droit et de science politique primées par un jury universitaire, sur de stricts critères d’excellence et d’originalité.

Les thèses primées donneront lieu à l'établissement d'un contrat d'édition conforme aux usages de la profession,
et prévoyant notamment le versement de droits d'auteur proportionnels aux ventes.
La publication ne sera conditionnée à aucune participation financière de l'auteur.