La Cour de cassation et l'abolition de l'esclavage

10/2014
Auteur(s) : Peimane Ghaleh Marzban; Catherine Delplanque; Pierre Chevalier
70,00 €

Préface de Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la Justice

L’objectif de ce colloque est d'aborder le rôle de la Cour de cassation, à travers sa jurisprudence dans le processus d’abolition de l’esclavage, notamment aux Antilles françaises.
En mars 1685, un édit royal, inspiré du droit romain, instaure le cadre et les principes juridiques relatifs à l’esclavage colonial, que la France tolère dans ses colonies depuis le début du XVIIe siècle. Applicable à l’origine aux Antilles françaises, mais étendu au siècle suivant à la Guyane, la Louisiane, et aux îles Maurice et de la Réunion, ce que la pratique appellera le « Code noir » constituera jusqu’en 1848 la base du droit français de l’esclavage colonial, et par conséquent de la jurisprudence des tribunaux coloniaux, qui sera loin d’en respecter toujours la lettre et l’esprit. Or l’ordonnance royale du 24 septembre 1828, par l’application du Code de procédure civile et du Code de procédure pénale dans les colonies, va ouvrir le champ du contrôle de la Cour de cassation sur les décisions rendues par les cours coloniales. C’est alors avec fermeté que la Cour de cassation va exercer son contrôle sur l’application de la loi et des règlements coloniaux, en tentant d’imposer plus d’humanité et d’impartialité, de concert avec la législation d’inspiration libérale qui s’épanouit sous la Monarchie de Juillet, préparant ainsi l’abolition de 1848.

Fiche technique
EAN9782247118540
Poids378
Public cible

Universitaires, magistrats, avocats

Date de parution22 oct. 2014
Marque de l'ouvrageDALLOZ
FaçonnageBROCHE
Nom de sérieActes
Nom de la collectionThèmes et commentaires
ThématiquesHistoire et Philosophie du droit, Libertés publiques, Culture générale
Largeur170
Hauteur240
Nombre de pages208

La Cour de cassation et l'abolition de l'esclavage

Version papier

En stock
70,00 €