ONU, G7, G8, G20...

L'archipel de la gouvernance mondiale

07/2012 - 1e édition
Auteur(s) : Alain Dejammet
En stock
20,50 €

L'archipel de la gouvernance mondiale

Version papier
Acheter
En stock
20,50 €
Description

De l’ONU au G20, quelle gouvernance à l’heure de la mondialisation ?
L’expression est si répandue que l’on ne s’étonne plus de l’usage d’un mot, « gouvernance », ignoré de notre vocabulaire il y a un demi-siècle. Mais à peine s’est-on habitué à voir les dirigeants de 7 à 8 grands pays industrialisés (G7 puis G8) se réunir pour décider de la « gouvernance » des affaires économiques du monde, que surviennent d’autres Sommets rassemblant, cette fois, 20 États du Nord comme du Sud, vieilles puissances comme jeunes émergents. Ces aréopages restreints et donc réputés sérieux ne peuvent-ils être tentés, au-delà de leurs réfl exions sur les fi nances, la monnaie, le développement, de prendre en main la conduite de notre globe ? Est-il possible d’imaginer l’édifi cation d’une nouvelle structure internationale couronnée par cet étroit groupe de 20 chefs d’État, épaulés par les directeurs des grandes organisations internationales et fl anqués, pour la bonne règle, du Secrétaire général de l’ONU ?
Celui-ci n’est pas dupe. Il a vu sans plaisir le G20 se proclamer « principale instance pour la coopération économique internationale » et il s’épuise à proposer des réformes qui ne mobilisent pas l’attention des grands de ce monde. L’ONU rendra-t-elle armes et rameau d’olivier au G8 et au G20 ? Ce serait méconnaître qu’elle seule dispose, par Traité, du pouvoir de contrainte. Ce serait ignorer la résistance de 173 pays à toute nouvelle super structure.
Le thème de la gouvernance mondiale n’implique donc pas nécessairement la montée en puissance d’un groupe restreint de décideurs. Au contraire d’une architecture hiérarchisée, l’image du monde contemporain est plutôt celle d’un archipel d’institutions, groupes restreints et ONU, réglant les affaires selon leurs moyens propres. Ce modèle peut fonctionner si à l’expression de « gouvernement » hiérarchique on préfère la pratique très simple du multilatéralisme fondé sur des principes de liberté et d’égalité. Telle est la thèse défendue par l’auteur, fi n connaisseur de l’ONU et observateur attentif de la société internationale.

Sommaire

Introduction
I. Naissance de l'archipel
I. L'organisation des Nations Unies : vocation universelle, cassures doctrinales
1. Le déclin tempéré de la fonction politique
2. Le grand bond de la fonction économique
3. Le retour du politique
II. La tentation de l'île
1. Le coin du feu
2. Le G7 et ses élargissements
3. Le G7 spectacle
4. Fatigue du "club"
5. Du strapontin à la place entière : le G20

II. Forces et faiblesses des îles de l'archipel
I. ONU : une légitimité au dessus de tout soupçon, une représentativité discutée, une efficacité plus théorique que pratique
1. L'ONU : société démocratique
2. L'ONU : quelle représentativité ?
3. Un troisième acteur : le Secrétaire général
4. L'efficacité : d'un pouvoir absolu du Conseil de sécurité à l'indifférence des États membres
II. G8-G20 : une légitimité démocratique partielle : une représentativité contestable : une efficacité heureusement plus pratique que théorique

III. L'impossible architecture
I. Un bilan mitigé entre incantation et résultats
L'esquisse d'une remise en ordre
II. Quels piliers pour une éventuelle architecture
1. Déclin du G8
2. Ascension du G20
3. Le refus de tentation politique
4. Persistance de l'ONU
III. De l'architecture impossible au multilatéralisme
1. Échec d'une structure dominante
2. Le choix du multilatéralisme

Conclusion

Fiche technique
Fiche technique
EAN 9782247119301
Poids 207
Date de parution 4 juil. 2012
Public cible

Universitaires, chercheurs.
Tout public intéressé par les questions internationales et les relations en les institutions internationales.

Marque de l'ouvrage DALLOZ
Façonnage BROCHE
Nom de la collection Les sens du droit
Thématiques Science politique
Largeur 145
Hauteur 210
Nombre de pages 120

L'auteur

Auteur
  • Alain Dejammet : Ambassadeur, ancien ambassadeur de France auprès des Nations Unies et ancien représentant permanent de la France à New York